17 août 2014 7 17 /08 /août /2014 18:04
la vaste chanson

Ce sont les ciels indolents
Eux seuls en ces jours distraits
pointent de leur longs doigts bleus
La poésie discrète de nature
Et l'œil bien qu'ouvert ne suffit pas
Si l'âme ailleurs porte son regard
Si elle ne daigne d'un souffle large
poser aux nues sa fragile attention
Le cœur presque immobile alors reste muet
Pauvre d'ignorer la vaste chanson
Qui sur sa tête pose l'indicible mélodie
pourtant prête à mourir pour un misérable poème

Partager cet article
Repost0

commentaires

CONNEXUS

/////////////////////////

Grand plaisir d'échanger ici
               ↓↓↓


 

/////////////////////////


Une envie de me lire sur papier ?


 

/////////////////////////