15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 11:03
Intimes abondances / 1

Table de bois. Fenêtre de verre. Je vois le lac du Bourget dans toute son étendue. Le soleil vient de disparaître. Première fois depuis très longtemps, que je pars ainsi. Dans les rues d'Aix, je suis tombé étourdi trois fois en quinze minutes. L'évidence d'un visage, d'une allure, le mystère. D. sait que j'en rajoute. Ce qui tremble au milieu de nos regards traverse les âges.

La vue est parfaite. Le paysage est une photographie. Le paysage est une fille. Le charme est instantané, long, unilatéral. Je l'emporterai, il coulera, s'épanouira en delta vers les mers de mon oubli. Il y en a tant eu, en une demi-vie. Trois histoires impossibles et un paysage: quatre croix dans mon répertoire, quelques lignes dans mon journal. On frôle tant de chemins. J'ai pris celui qui descend au sud, s'écoule jusqu'à la Méditerranée, je descends le fleuve d'un rêve, d'un désir. Je suis accompagné de celle qui me semble irréelle. J'entends sa voix, caresse ses cheveux, éponge ses ivresses, et pourtant je doute encore.


Je ne sais pas où... lire la suite

Partager cet article
Repost0
Published by complexus

CONNEXUS

/////////////////////////

Grand plaisir d'échanger ici
               ↓↓↓


 

/////////////////////////


Une envie de me lire sur papier ?


 

/////////////////////////