19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 12:02
Intimes abondances / 3

J’ai senti un doigt appuyer sur ma joue. La pièce n’avait pas bougé. Elle prenait des airs de cocon blanc, murs duveteux. Le regard de D. s’appuyait sur mon front, puis sautait à la fenêtre. J’ai vu ses lèvres hésiter à dire un mot. Elle me réveillait doucement. « J’ai rêvé de toi » lui ai-je dit. Le coin de sa bouche a esquissé un léger sourire. Elle rêvait encore. Elle faisait comme si elle était là. Je croyais dormir, mais son visage m’invitait à pousser la porte du jour. « Allons-y » dit-elle doucement, sa voix semblant venir d’un songe. Nous étions seuls. Le début de ce voyage pouvait s’étendre longuement, s’étirer indéfiniment dans le lit. Nos mains pointaient le plafond comme deux marionnettes. Nous dansions des traits de liberté. « Je suis prêt » ai-je soufflé en me redressant d’un bon. « Je suis prêt ». Elle n’était déjà plus là. Elle m’attendait dehors.

La route comme une bête mystérieuse, surgissant inlassablement du brouillard. La route cueille la conduite de seconde en seconde. Comme la vie. Je ne sais jamais lire la suite

Partager cet article
Repost0

commentaires

CONNEXUS

/////////////////////////

Grand plaisir d'échanger ici
               ↓↓↓


 

/////////////////////////


Une envie de me lire sur papier ?


 

/////////////////////////