15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 09:18
Abandonner

Abandonner. Chez moi, c’est toujours par l’abandon que peut commencer la poésie. Il faut que j’abandonne la tourelle du phare, la veille qui tourne haut, la main qui tient la corde, le souci que je me fais.

Je viens là pour quelque chose, et il me faut absolument oublier ce quelque chose pour qu’il survienne.

De ce lieu où les heures ne comptent plus, où seule vibre la tendre peau de ce que j’éprouve.

De ce lieu où il m’est permis de ne plus m’inquiéter de rien, de tout, où je peux fermer les yeux et voir enfin.

C’est en refusant tout dessein que se dessine quelque chose, parfois.

Je veux trembler, c’est tout. Sentir la vague de peau et l’eau du regard.

Partager cet article
Repost0

commentaires

CONNEXUS

/////////////////////////

Grand plaisir d'échanger ici
               ↓↓↓


 

/////////////////////////


Une envie de me lire sur papier ?


 

/////////////////////////