13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 15:28

Labourer ce champ. Une obsession. Les sillons, encore et encore. La première pensée du matin, le dernier geste du soir. Évincer du corps tout autre mouvement. Œillères en place, cheval de traie, suivre la ligne, faire demi-tour, avancer, faire demi-tour, continuer coûte que coûte, les bords du champ sont invisibles. Il faut porter ce poids sur les épaules, n’entendre que la voix du maître, la décision, pousser dans les sabots, dans la terre, toujours la même terre, et tirer, tirer ce poids invisible, derrière, dedans. Plus le choix, c’est la seule option pour espérer les fleurs et les fruits avant que la sécheresse n’arrive. Nous avons attendu un peu trop longtemps, il ne reste plus que quelques semaines. Cette urgence nous aide, nous résout, nous contient. Les possibles se sont raréfiés.

Lire la suite sur mon site

Partager cet article
Repost0

commentaires

CONNEXUS

/////////////////////////

Grand plaisir d'échanger ici
               ↓↓↓


 

/////////////////////////


Une envie de me lire sur papier ?


 

/////////////////////////